Répandez l'amour du partage
Stéphanie Frappart Mari
Stéphanie Frappart Mari

Stéphanie Frappart Mari – L’arbitre française de football Stéphanie Frappart est née le 14 décembre 1983 au Plessis-Bouchard 2. Elle a brisé le plafond de verre à deux reprises : d’abord en Ligue 2 professionnelle masculine puis en Ligue 1 masculine. Elle a arbitré la Super Coupe de l’UEFA 2019 et la finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2019.

Non seulement elle est devenue la première femme officielle à superviser un match international masculin dans la Ligue des Nations en 2019, mais elle entrera également dans l’histoire en 2020 et 2022 en tant qu’arbitre pour la Ligue des champions masculine et la Coupe du monde de football. En 2019 et 2020, elle a été choisie comme la meilleure arbitre féminine au monde.

Des progrès constants

Elle a commencé à jouer au football avec l’AS Herblay et le FC Pierrelaye, mais lorsqu’elle était adolescente, elle a décidé que l’arbitrage serait un meilleur choix de carrière. Sa spécialité est d’arbitrer des matchs en classe honoraire pour les amateurs âgés de 19 ans et plus. Le 19 octobre 2003, elle officie son premier match de D1 féminine, un match entre Hénin et Beaumont La Roche-sur-Yon.

Sa première finale en tant qu’arbitre remonte à mai 2011 dans le Challenge de France féminin opposant l’AS Saint-Étienne au Montpellier HSC. Elle fait partie de la Fédération du sport et de la gymnastique au travail. La première femme arbitre à arbitrer un match de football professionnel masculin français a été Stéphanie Frappart, nommée meilleure arbitre féminine aux Trophées UNFP de football 2014.

Le match a eu lieu dans le championnat de France de football de Ligue 2 la même année. Elle a été arbitre pour la Coupe du monde féminine 2015, la compétition de football féminin des Jeux olympiques d’été de 2016 et le Championnat d’Europe de football féminin 2017. De plus, elle a arbitré quelques matchs, notamment la finale de la Coupe du monde féminine des moins de 20 ans 2018.

Stéphanie Frappart Mari

Une reconnaissance exceptionnelle

Le match entre le RC Strasbourg et l’Amiens SC du 28 avril 2019, lors de la 34ème journée de Ligue 1, sera arbitré par Stéphanie Frappart en sa qualité d’arbitre central. En étant la première femme à officier un match de Ligue 1, elle entre dans l’histoire. C’était peu de temps après que la FIFA l’ait nommée pour officier la Coupe du monde féminine 2019.

Il n’est pas surprenant qu’elle ait connu un grand succès en Ligue 2, où elle a également été la première femme arbitre à s’entraîner, et la publication L’Équipe rapporte qu’elle a fait de même lors de son premier match en Ligue 1. La toute première arbitre de Fédérale 1 du football français, Stéphanie Frappart, a été promue à ce poste par le comité exécutif de la Fédération française de football pour la saison 2019-2020.

L’Stéphanie Frappart a été sélectionnée par la FIFA pour officier la finale de la Coupe du monde féminine 2019, qui se tiendra à Lyon le 7 juillet 2019. Le 14 août 2019, à Istanbul, elle officiera lors du match de Super Coupe de l’UEFA 2019 entre le Chelsea FC et le Liverpool FC.

Elle est devenue la première femme à arbitrer un match international masculin en compétition officielle lorsqu’elle a supervisé le match de Ligue des Nations entre Malte et la Lettonie le 6 septembre 2020. Elle a officié son premier match en Ligue 1 le 4 octobre 2020, face aux équipes olympiques de l’OL et de l’OM.

Le 22 octobre 2020, elle a arbitré son premier match de Ligue Europa, une rencontre du Groupe G entre Zorya Luhansk et Leicester. L’Elle a arbitré son premier match masculin de Ligue des champions le 2 décembre 2020, entre la Juventus FC et le Dynamo Kiev. Le 30 mai 2021, elle est choisie pour superviser le match de championnat entre l’OL et le PSG en France, marquant ainsi son 36ème match en tant qu’arbitre en D1F.

Cela faisait neuf ans depuis son dernier match dans un championnat français féminin. Pour le Championnat d’Europe 2020, qui se déroulera dans douze pays différents, l’UEFA a nommé Stéphanie Frappart comme quatrième arbitre de réserve le 21 avril 2021. Il s’agit d’une nomination historique pour une femme occupant un rôle aussi important.

Elle figure au palmarès des « 30 qui font le football français » que L’Équipe publie chaque année en 2021. Elle a notamment présidé le match entre la Nouvelle-Zélande et les États-Unis d’Amérique dans la compétition de football féminin aux Jeux olympiques d’été de 2020, alors qu’elle était l’une des 25 arbitres centraux choisis pour l’événement.

Elle servira d’arbitre du match Real Madrid contre FC Barcelone lors du quart de finale de l’UEFA Women’s Champions League 2021-2022 le 30 mars 2022. Un nouveau record pour un match de football féminin a été établi lors de la rencontre, qui a attiré 91 553 spectateurs.

Le comité exécutif de la Fédération française de football l’a nommée pour officier la finale masculine de la Coupe de France en avril 2022, entrant ainsi dans l’histoire en tant que première femme à le faire. Au cours du même mois, elle a été choisie comme l’une des treize arbitres de terrain pour superviser le Championnat d’Europe de football féminin 2022.

Elle était l’une des trois femmes choisies pour officier la finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2022 le 19 mai 2022. À l’exception du Français Clément Turpin, elle est la seule européenne sur cette liste d’arbitres masculins clés. Elle est entrée dans l’histoire le 22 novembre 2022 en tant que quatrième arbitre des matches de la phase finale de la Coupe du monde masculine entre le Portugal et le Ghana, le Mexique et la Pologne, devenant ainsi la première femme ào fais-le.

Le match Costa Rica contre Allemagne, qui a eu lieu lors de la troisième journée du groupe E, a été présidé par elle le 1er décembre 2022, faisant d’elle la première femme à le faire dans l’histoire de la Coupe du monde masculine. Le 6 avril 2023, elle a présidé la première Finalissima féminine. Elle a été choisie comme officielle pour la Coupe du monde de football féminin 2023.

Une brève biographie

Stéphanie Frappart est née au Plessis-Bouchard dans le Val-D’Oise le 14 décembre 1983. Ses parents étaient respectivement ouvriers de 3 M et assistants de maternelle. Sa famille a toujours encouragé ses ambitions de poursuivre une carrière dans le football ; elle est la deuxième de quatre frères et sœurs.

Le football est dans la famille Frappart ; le père était un joueur amateur et les deux frères étaient arbitres avant de devenir joueurs à plein temps. À l’âge de dix ans, Stéphanie rejoint le club de l’AS Herblay, et sa passion pour le football naît. Son numéro de maillot est le 10 et elle joue au milieu de terrain. Elle s’est intéressée à l’arbitrage à l’âge de treize ans.

Stéphanie a opté pour l’arbitrage, qui offrait de meilleures opportunités de carrière, lorsqu’elle avait 19 ans, plutôt que de jouer ou de se cacher. Il a débuté sa carrière comme arbitre honoraire de division pour les épreuves amateurs. Après avoir officié en D1 féminine en 2003, Stéphanie a ensuite promu d’autres tournois féminins.

Lorsqu’elle a arbitré un match professionnel masculin lors du Championnat de France de football 2014, elle est entrée dans l’histoire. Elle était arbitre pour les Coupes du monde de football féminin 2015 et 2018. En officiant lors du match de Ligue 1 2019 entre l’Amiens SC et le RC Strasbourg, elle devient la première femme à le faire. “Meilleure arbitre de football du monde”, tel est le titre que l’IFFHS a décerné à Stéphanie Frappart en 2019 et 2020.

Elle marque de son empreinte l’histoire du football en participant à l’Euro 2021 masculin. Jeudi sera une première historique : une femme arbitre arbitrera un match de Coupe du monde de football. Stéphanie Frappart, une Française, présidera le match entre le Costa Rica et l’Allemagne. Le point culminant d’une ascension incroyablement rapide. Le sacré.

Stéphanie Frappart, une Française, entrera dans l’histoire jeudi 1er décembre à 20h lorsqu’elle donne le coup de sifflet final lors de la rencontre du Groupe E entre l’Allemagne et le Costa Rica, faisant d’elle la première femme à occuper ce poste lors d’une Coupe du monde masculine. Après avoir déclaré fin septembre qu’être arbitre de Coupe du monde était le « summum » de sa carrière, elle voit désormais son heure venir.

Dix points de réflexion sur son dévouement à l’arbitrage, son travail et ses responsabilités. Poursuivant sa première saison en Ligue des Champions, elle évolue en Ligue 1. Stéphanie Frappart, qui a 38 ans et gravit les échelons année après année comme tant d’autres premières dans l’histoire du football, représentera la France lors de cette Coupe du Monde.

C’est en 2014 qu’elle entre dans l’histoire en devenant la première femme arbitre à travailler en deuxième division française. Elle est entrée dans l’histoire en 2019 en devenant la première femme arbitre à exercer en Ligue 1. La même année, cela se reproduit lors de la Super Coupe d’Europe. L’année suivante, en 2020, en Ligue des champions, et le 7 mai, en finale de la Coupe de France.

Lors d’un match de Coupe du monde ce jeudi 1er décembre, elle entrera dans l’histoire en tant que première femme arbitre centrale du tournoi. Un entretien à la Direction des Sports de Radio France révèle qu’elle est arrivée « sereinement » grâce à son parcours tant à l’étranger qu’en France. Nous sommes prêts pour les grands tournois car j’ai participé à la Coupe du monde féminine, un autre événement majeur.

Elle a débuté au numéro dix sur le terrain

A Herblay-sur-Seine, dans le Val-d’Oise, Stéphanie Frappart est née en 1983. D’après ce que raconte Frédéric Pommier dans “Le quart d’heure de Célébrité”, elle était la deuxième de quatre enfants et avait une famille qui l’a encouragée dans tout ce qu’elle faisait. Elle a fréquenté l’AS Herblay dans les années 90 parce que ses parents voulaient qu’elle joue au football.

Elle avait déclaré à la Gazette du Val-d’Oise en 2020 qu’elle n’avait “jamais oublié” le numéro 10 qu’elle portait longtemps en club. C’est à l’âge de treize ans que Stéphanie Frappart développe un intérêt pour l’arbitrage. Elle supervise les matchs entre jeunes joueurs de la région parisienne vêtue d’une tunique noire et tenant un sifflet.

Elle était à l’aise aussi bien dans sa position d’arbitre que dans celle de numéro 10, et ce, pendant plusieurs années. L’arbitrage est cependant devenu son objectif une fois qu’elle s’est inscrite au STAPS. Choisir de devenir une jeune arbitre de la Fédération au lieu de progresser dans le football féminin, qui était alors nettement moins développé qu’aujourd’hui, était un choix calculé (et lucratif), a-t-elle expliqué à l’AFP.

Ses collègues reconnaissent les capacités de médiatrice de Stéphanie Frappart. Selon le légendaire arbitre italien Pierluigi Collina, il faut des “performances de haut vol”. Il existe des dizaines de concours internationaux auxquels elle a participé.

L’autre responsable français à Doha qui bqui a sifflé lors du premier tour de la Coupe du monde, Clément Turpin, l’a félicitée pour avoir su parfaitement gérer un événement international. “Il suffit d’un regard, d’un sourire, d’un geste et ça s’arrête”, avait déclaré Christophe Galtier à propos du joueur en 2019, tout en vantant sa “diplomatie” d’entraîneur de Lille.

Stéphanie Frappart Mari
Stéphanie Frappart Mari

Related Posts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Bloqueur de publicités détecté !!!

Nous avons détecté que vous utilisez des extensions pour bloquer les publicités. Veuillez nous soutenir en désactivant ces bloqueurs de publicités.

error: Le contenu est protégé !!